Archivage Des Écrits Féministes Hausa


Texte par Sada Malumfashi
Images par Salma Ja’eh

8 minutes de lecture



Entre 1984 et 1988, Talatu Wada Ahmed a écrit et distribué son premier roman Rabin Raina (Mon âme sœur) - une série de trois romans portant le même titre, mais sans lien entre eux, imprimés à titre privé à Zaria. C'est le coup d'envoi d'une révolution, avec l'arrivée sur le marché du nord du Nigeria de toute une série de romans en haoussa. Les femmes constituaient la majorité des auteurs et des lecteurs de ces romans. Un idéalisme féministe a germé dans ces romans où les femmes s'opposaient aux normes conservatrices de la société.


Ces femmes écrivains, cependant, sont pour la plupart mal à l'aise avec les définitions occidentales du féminisme ; elles se sont contentées d'écrire pour se libérer, pour permettre aux femmes du nord du Nigeria de voir la lumière, et dans cette stratosphère, le féminisme est apparu tout en équilibrant leur foi religieuse et leurs relations sociales, en négociant les tensions des éléments culturels, religieux et traditionnels et en s'attirant les foudres des hérétiques.


Malgré les faibles niveaux d'alphabétisation, ces livres sont écrits dans la lingua franca de la région, le haoussa, et contribuent au corpus croissant de la littérature écrite africaine indigène, atteignant une grande partie des locuteurs haoussa, dont beaucoup maîtrisent mal l'anglais. En l'an 2000, des chercheurs de la School of Oriental and African Studies de l'université de Londres ont recensé plus de 730 romans hausa publiés. Actuellement, des chercheurs de l'université d'État de Kaduna ont recensé 520 livres supplémentaires.  


La première série de romans haoussa a été écrite en 1933, et les hommes dominaient le domaine. Il a fallu attendre 50 ans pour que les femmes rattrapent leurs homologues masculins en termes de littérature écrite en haoussa. Aujourd'hui, elles dominent le domaine. En 1984, personne n'imaginait que le pamphlet auto-publié de Talatu Wada Ahmed se transformerait en un mouvement qui transcenderait les clivages linguistiques au Nigeria, en Afrique de l'Ouest, en Europe et en Amérique. Il a capté l'imagination des jeunes et des moins jeunes, des hommes et des femmes, des lettrés et des semi-lettrés.


Écrire sur le féminisme n'a pas été de tout repos, surtout pour les femmes écrivains. En plus de la négligence de l'éducation des femmes par rapport à celle des hommes dans le nord du Nigeria, les femmes écrivains ont toujours été désavantagées. Ces femmes écrivains ont déclenché une révolution à travers les messages contenus dans leurs œuvres. Des voix qui étaient auparavant considérées comme des non-valeurs et indignes de toute indulgence sérieuse attirent aujourd'hui l'attention de millions de lecteurs dans tout le nord du Nigeria et appellent à la transformation des relations entre les sexes, à la réorientation des attitudes à l'égard des femmes et à la lutte contre le patriarcat et la misogynie à tous les niveaux de la société. La domination patriarcale du nord du Nigeria, la culture du silence et les hommes qui font toutes les règles sont en train d'être brisés, brique par brique, en utilisant la littérature comme outil d'activisme féministe.


J'ai parlé à certaines de ces championnes de la littérature haoussa, la plume prête, pleines de feu, d'énergie et d'imagination, qui émettent des vérités cachées à travers les mots et réinventent sans cesse les récits des femmes du nord du Nigeria.

Safiyyah Jibril Abubakar (Ummu Abdoul)
Auteur : Gidan Aurena (Mon foyer conjugal)
Gagnante : 2018 BBC Hausa Women Short Story Writing Competition (concours d'écriture de nouvelles pour les femmes hausa).


"J'ai écrit mon premier roman alors que j'étais étudiante de premier cycle à l'université, tout en travaillant à temps partiel comme enseignante dans le secondaire. Je voulais utiliser mon écriture pour changer les attitudes et le dénigrement des femmes dans la société haoussa. Dès que j'ai publié mon premier roman, j'ai commencé à recevoir des messages de femmes, s'épanchant sur les problèmes qui les touchent et se rapportant aux histoires de mon livre. En 2018, ma nouvelle " Ya Mace (Girl Child) " explorait les questions du mariage des enfants et de la femme en tant que citoyenne de seconde classe dans la société. Cette histoire m'a fait connaître en remportant le BBC Hausa Short Prize. Je me considère comme une militante pour l'égalité des sexes, mais si vous me qualifiez d'écrivain féministe, cela ne me dérange pas non plus. Il est malheureux que la société haoussa, et même dans le monde entier, la religion soit déformée pour dégrader les femmes. En raison de mes écrits, j'ai été beaucoup malmenée sur les médias sociaux, et j'ai été étiquetée comme une hérétique et un suppôt de la société occidentale et de ses maux."


Asma’u Lamido
Auteur : Keta Haddi (Abus) ; 'Ya'yan Safara (Enfants de la traite) ; Matsalolin Mu (Nos problèmes) ; Zumunci Bayan Rai (Relations après la vie)


" J'ai commencé à écrire quand j'étais petite, à l'école primaire. Mes frères et sœurs aînés avaient l'habitude de lire les premiers romans haoussa et de me les raconter. Cela m'a poussée à prendre un livre, où j'ai commencé à griffonner mes propres histoires. En 2008, j'ai publié mon premier roman, Zumunci Bayan Rai, j'avais alors 18 ans. J'avais 18 ans à l'époque. J'ai ensuite publié mon deuxième livre, Matsalolin Mu, alors que j'étais étudiant à l'université, puis mes troisième et quatrième livres, Ya'yan Safara et Keta Haddi, respectivement. Après la publication de mes livres, j'ai reçu beaucoup d'appels et de messages de lecteurs, certains ont été inspirés pour devenir eux-mêmes écrivains, tandis que d'autres voulaient simplement évacuer leurs frustrations liées aux personnages de mes histoires. Lorsque j'ai publié Matsalolin Mu, j'ai exploré les problèmes de toxicomanie et j'ai présenté des histoires homosexuelles dans le roman. J'ai reçu beaucoup d'insultes à cause de cela, certains me traitant de rebelle et de malade de la société. Dans le roman "Ya'yan Safara", j'ai raconté des expériences de trafic et de maltraitance de fillettes, ainsi que la nécessité de l'autonomisation des femmes. La vérité est que nous avons besoin de plus d'écrits féministes".


Umma Muhammad RImaye
Auteur : Sajida ; Akasi (Antithèse) ; Kabilanci (Ethnicité), Kanin Ajali (Cause de la mort)



"J'ai commencé à écrire en 2006. J'ai été inspirée par la lecture de nombreux romans haoussa, en particulier par les romans de Balaraba Ramat tels que Wa Zai Auri Jahila (Qui épousera l'ignorant ?), ce qui m'a poussée à écrire également sur les problèmes qui touchent les femmes dans la société. Le plus grand défi auquel je suis actuellement confrontée est un retour de bâton de la part de la société, en raison de mes écrits en faveur des droits des femmes. On me considère comme une hérétique religieuse qui cherche à saper l'autorité des hommes dans la société. Mais il y a beaucoup d'aspects positifs à mes écrits, car j'ai reçu des visites personnelles de lectrices qui voulaient simplement me remercier d'avoir raconté leurs histoires et les problèmes qui les touchent dans mes récits. Nous avons besoin de plus d'écrivains, de plus de femmes qui écrivent sur les problèmes qui nous touchent dans la société pour provoquer le changement souhaité."


La Maison des Féminismes Africains (LMdFA) est financée par le Goethe-Institut en Afrique subsaharienne
Droit d'auteur © 2022 Maison des féminismes africains. Tous les droits sont réservés