REGARDER

CONSTRUIRE UNE ARCHIVE TRANS FÉMINISTE AU MOZAMBIQUE

Caio Simões de Araújo and Aghi

Un essai visuel sur la vie de six activist.e.s d'un mouvement transgenre émergent au Mozambique, Transformar. Le mouvement est une ONG qui se concentre sur les expériences vécues, les luttes et les perspectives des transgenres et vise à combler le fossé entre les mouvements féministes et LGBT traditionnels et les espaces où les vies des transgenres sont mises de côté.


Le projet est une récupération de l'histoire des trans-féministes et une tentative de créer des archives d'un passé marginalisé et d'apporter un soutien continu aux luttes actuelles.

Partant de l'idée d'élargir notre perspective de la féminité africaine, de défaire les binômes de genre et de réimaginer la sexualité, les participant.es à ce projet sont invités à réfléchir sur la féminité, le genre, la sexualité et l'intimité. Elles le font en s'appropriant leur féminité et leur statut de femme, en imaginant de nouvelles formes de politiques féministes et queer, en réfléchissant au passé et en imaginant de nouvelles possibilités pour l'avenir.

LE TRAVAIL DE NOS MAINS
Neema Ngelime


"Le travail de nos mains" est une réflexion poétique sur le travail des femmes. Le film contient des images photographiques et audio de l'environnement de travail des femmes, où qu'il soit. Le terme "travail" dans le film peut être un travail rémunéré ou non rémunéré, par exemple un travail émotionnel ou domestique, etc.

Les différentes femmes basées à Dar es Salaam partageront leurs récits individuels des jours de leur vie à travers le travail de leurs mains. Le film progresse au fur et à mesure que les femmes se passent le flambeau. Les femmes tissent une ''chanson'' sur leurs longues journées fatigantes, l'amour non réciproque et réciproque pour leur travail, formel ou non formel.

FEMMES AFRICAINES DANS LA CONSERVATION  (anglais)
Ayesha Mukadam


Ce documentaire suit l'histoire de Megan Rose Francis, une spécialiste de la conservation marine le long des côtes d'Afrique du Sud. Depuis son enfance, elle a toujours été fascinée par la mer et la vie marine et elle a cultivé cette passion et cette curiosité dans son travail actuel. Son travail se concentre sur la collaboration avec les communautés locales pour les impliquer dans le nettoyage de l'environnement et la recherche, ainsi que sur le partage des connaissances sur la mer et l'encouragement de la pensée verte.
La Maison des Féminismes Africains (LMdFA) est financée par le Goethe-Institut en Afrique subsaharienne
Droit d'auteur © 2022 Maison des féminismes africains. Tous les droits sont réservés